mardi 25 avril

AUTEUR-MUSICIEN-INTERPRÈTE ; BISMOUN

*- le texte s'arrête avec le curseur SI JE POUVAIS Si je pouvais Si je pouvais écrire ton nom en baillon d'arme en plage recueillir le sel de tes larmes Si je pouvais si je pouvais Dans les grilles des yeux aux voiles de tout murmure Faire onduler tes gestes déshabillant l'armure si je pouvais si je pouvais Dans les geôles à croupir jusqu'à l'encre des pages Graffiter quelques portes en filon de passages si je pouvais si je pouvais Au langage des balles, aux bourreaux de leur faire Gueuler plus fort encore scier... [Lire la suite]
Posté par lactionpoetique à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 25 avril

AUTEURE ; mOTSaRT

Danger de transmission Il monte le ton. L’homme cokeLa petiteécrase son havane, lui prends la main. Il joue le jeu Enveloppe patron. La music n’est qu’ordinaire. Sur la piste de danse Fringues de cinq à sept. Les habitués à la terrasse se déhanchent. Pardon; dans le brouhaha. Romance branchée. Pardon.Cocktail léger. Pardon. Laconique porno faune, Le pain au coin des yeux T’es au sommetLes souliers aiguillesLes mamelons qui pointentMineures, adolescentes Amateures & professionnellesShow-room du cul. Du vrai beau monde Selon... [Lire la suite]
Posté par lactionpoetique à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
lundi 01 mai

AUTEUR ; LE PAGAYEUR

corned beef-tu connais le sens du sang-circulatoire hé écoute le policierallez circulezy'a rien à voirregarde un peu en passantc'est un grand effroi çagénocideà lapetite semainefaut du tempspour en saigner autantt'as vu çe petit effroicorpsâmesconsciencescarnageà lapetite semainefaut du tempspour en violer autantallez circulezy'a rien à voirt'as vu dans le rétroviseurpourquoi t'arrêtest'as entendu le policier duconah c'est pour mieux voirmais tu vas où là avec ta grattec'est vrai avec deux accordstu vas te faire une... [Lire la suite]
Posté par lactionpoetique à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
mardi 09 mai

AUTEUR : PRIVATEJOKER

VARIATION SUR LE VOL NATURE MORTE "Et je les entends encore nous le dire, mais là n'est pas le pire Le pire est qu'on ait fini par le croire, mon frère Le pire est qu'on en ressorte avec le mépris de nous même" LA RUMEUR Puis quelques années. Plus tard, trop tard peut être. Les manèges se sont ressenties éraflures, la découverte du monde s'est colorée lumière noire, l'abîme s'est offert les pas du garçon... Ou encore est-ce ce dernier qui s'est offert ce racaille luxe : plongée en continu,... [Lire la suite]
Posté par lactionpoetique à 19:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]